Votre panier est vide  Votre compte

Choisir ou non la méthode Jaubert en récifal ? Pourquoi ?

La méthode Jaubert, un choix réfléchi 

Ma philosophie de l'aquariophile marine, axée sur la reconstitution d'écosystèmes permettant le plus possible l'épuration biologique de l'aquarium, fait que mes préferences de maintenance, bien que personnalisées au fil de mon expérience, se rapprochent logiquement de la méthode Jaubert originale et de ses déclinaisons ultérieures.

Des débats interminables sur la viabilité et la technicité ( plénum pas plénum notamment ) de cette méthode ont agité et agitent encore les forums du monde de entier. Malheureusement, et particulièrement sur les forums aquariophiles français, le dernier mot est bien souvent laissé à la majorité, autrement dit celle constituée par les adeptes inconditionnels de la méthode berlinoise. Ces derniers n'ayant pour la plupart jamais expérienté la méthode Jaubert racontent tout et n'importe quoi, comme s'ils devaient à tous prix défendre les préceptes d'une "secte berlinoise".

Les débutants en aquariophilie d'eau de mer, du moins ceux qui prennent la peine de s'informer sérieusement sur les différente méthodes de maintenance avant de se lancer, finissent généralement par adopter par défaut la méthode berlinoise. Mais par défaut de quoi ? Par défaut de certitudes ! La méthode berlinoise a fait ses preuves et je l'adopte ou l'ai moi-même adoptée avec satisafaction pour la maintenance de certains bacs. Cet article ne vise donc absolument pas à défendre de manière arbitraire une méthode de maintenance récifal plus qu'une autre mais d'avancer justement des certitudes quant à mon expérience de la méthode Jaubert. Ainsi le débutant pourra au moins, lorsqu'il devra se décider sur sa méthode, le faire au regard de vrais arguments positifs ou négatifs.  

Je n'emploie pas ici le terme "méthode Jaubert" en son acception stricte, évitant ainsi les débats techniques, mais uniquement à travers son principe fondateur, à savoir, schématiquement, l'épuration de l'eau par percolation d'un lit de sable épais et le non-écumage, autrement dit la méthode DSB en général. 

Selon mes principes j'invite ceux qui veulent en savoir plus à faire leur propres recherches informatifs... toujours à partir de plusieurs sources et pas seulement françaises ! Moi, je vais simplement vous dire, de manière résumée, ce que j'en ai déduit de ma longue expérience ; ce sont donc MES propres certitudes :

- Un récifal Jaubert fonctionne parfaitement et durablement ( au moins 17 ans  ) !

- Je n'ai jamais constaté la moindre formation de sulfure d'hydrogène dans le lit de sable ( grâce aux vers fouisseurs ) ! 

- Il n'est pas nécessaire de mettre moins de poissons que dans un récifal berlinois ( il faut juste ne pas en mettre trop )!  

- Les changements d'eau réguliers ( 10 à 15 %/ semaine ) sont indispensables ! 

- La microfaune ( au sens large, comme définie à travers ce blog ) et les détritivores sont la clé du succès 

- Il s'agit de la méthode la plus naturaliste possible ( observation d'un écosystème complet

- Cette méthode n'est pas adaptée aux récifal full sps oligotrophie difficile à obtenir

- Il peut-être utile et appréciable d'ajouter un petit filtre interne ( perlon pour les grosses particules ) et charbon actif ( pour éliminer les toxines ; bac mixte coraux durs et mous )

- La méthode Jaubert permet une certaine autonomie alimentaire du bac ( présence premanente de zooplancton )

- Les planctonophages sessiles délicats ( Spirographes, Sabelles, Éponges, Ascidies, coraux non-symbiotiques, bivalves, etc ) sont beaucoup plus faciles à maintenir durablement dans un récifal Jaubert

Les poissons gros consommateurs de microfaune ( les Synchiropus Splendidus et apparentés et les hyppocampes et Syngnathes ) y trouvent naturellement leur nourriture vivante

- Un récifal Jaubert est silencieux ! 

Finalement je me rends compte en faisant ce petit bilan que je n'ai trouvé spontanément qu'un seul point négatif, celui concernant la gestion d'un récifal full sps. Même dans un bac mixte ne comportant que peu de coraux à petits polypes ( sps ) je constate que ces derniers ( en particuliers les Acroporas ) ne s'apanouissent pas pleinement ; seule la méthode berlinoise additionnée d'un surécumage permet de maintenir une eau oligotrophe conforme aux conditions biotopiques des couraux sps. Il faut donc que le débutant tienne compte de ce constat dans le choix de sa maintenance s'il envisage de consacrer son récifal au sps.

La méthode Jaubert est à mon avis plus adaptée aux aquariophiles marins souhaitant reproduire les zonations écologiques plus riches en sédiments organiques, naturellement propices aux développement des alcyonnaires, des Anémones coloniales ( Zoanthidae ) gorgones et éponges... et bien entendu à la microfaune.

Pour vous donner une idée de ce genre de zone de récif relativement facilement imitable en Récifal Jaubert, je vous conseille de visionner cette vidéo...

Alors, vous en pensez quoi de ces images ? Cela vaut-il ou non un front de récif ou une carène récifal full sps ? Si vous voulez adopter la méthode Jaubert et néanmoins héberger des coraux durs, alors optez pour les lps ( coraux durs à longs polypes ), moins exigeants sur la qualité de l'eau ( mais capricieux quant au brassage ! ).

Et pour finir :

- La méthode Jaubert n'est ni plus ni moins facile que la méthode berlinoise ; elle répond à des objectifs biotopiques et écologiques différents... et aussi correspond à une philosophie aquariophile particulière, que, à défaut de disposer d'un mot plus juste, je qualifie de "naturaliste" ( en référence à l'objectif écosystémique et pédagogique des inventeurs de l'aquarium marin au 19e siècle ). 

Si vous avez des questions :  aqua-microfaune@laposte.net ( rien ne m'oblige bien sûr à y répondre ! )

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas !