Votre panier est vide  Votre compte

Maintenance d'un récifal : le mystérieux et subtil climax

Les articles de ce blog visent à compléter la page d'accueil Aqua-microfaunequ'il est judicieux de lire avant !

Tout aquariophile véritable, pour qui un aquarium est bien plus qu'une vitrine, vise à l'atteindre sans généralement savoir qui il est vraiment : le climax ! Le climax est en quelque sorte pour les aquariophiles ce que le Graal étaient aux légendaires Chevaliers de la Table ronde. Sans le savoir c'est au climax que le récifaliste doit les plus beaux instants de contemplation que son récifal puisse lui offrir. Le climax peut se manifester avec la même force dans le plus modeste pico-récif  peuplé de trois coraux mous que dans le plus spectaculaire récifal "full sps". Quand le climax est là tout est beauté et sérénité ; quand il n'est plus là l'esprit du récifaliste se disperse et la rêverie n'opère plus. Comme un drogué tombant de son extase l'aquariophile cherche alors tous les moyens de remonter au septième ciel.

La pierre philosophale serait-elle cachée dans les paramètres ? L'aquariophile ouvre une première boîte de produit chimique pour tester, puis une seconde, puis une autre encore ... Tiens le Kh est un peu bas même si du côté calcium et du magnésium cela va. Les phosphates ! les phosphates, le problème doit être là ! Non. Les nitrates ! cela ne peut-être que cela car j'ai abusé hier, ou plutôt les poissons ont abusé, de fragments d'huître bien juteux. Et bien non, rien d'alarmant de ce côté non plus. Tout va bien théoriquement mais le feeling n'est pas bon. C'est bien souvent dans ces moments de solitude que les récifalistes inexpérimentés consultent les "médecins" des forums avant de laisser le sorcier qui sommellait en eux s'exprimer. Un peu de ceci, un peu de cela, changement de ceci, changement de cela... Plus l'aquariophile à l'esprit agité le cherchera plus le climax s'éloignera ; jusqu'à ce qu'il se retire si loin et laisse se déchaîner le procussus macable qui conduit au crash définitif ! 

Le climax est en fait une notion théorique qui sert à désigner un état idéal d'équilibre écologique. Sur le plan purement scientifique le climax est une entité éco-dynamique trop "vague" pour que son existence soit formellement acceptée. Il n'empêche que tous les scientifiques oeuvrant dans le domaine de l'écologie appréhendent le terme climax pour symboliser de manière pratique l'équilibre parfait d'un écosystème. Au niveau de l'aquariophilie il faut surtout retenir que la notion de climax s'applique essentiellement à la biome, la communauté végétale et animale, indépendamment des facteurs abiotiques ( le non vivant ). C'est ce principe qui fait que l'aquariophile, dépité, peut s'écrier : je ne comprends pas tous mes paramètres sont bons et pourtant mon vivant ne va pas bien !". 

Pour bien comprendre la dynamique du climax, à défaut de pouvoir le saisir, il faut penser l'aquarium comme "succession écologique", autrement dit comme un grand ensemble vivant, une sorte de mega-organisme à échelle réduite, dont le mouvement global dépend des échanges relationnels entre toutes les espèces de vivants que le composent ( des bactéries aux poissons, en passant par la microfaune, la macrofaune et tous les autres invertébrés ). Dans ce cadre on ne parle plus de "simple" relation pyramidale facile à schématiser mais d'un système de communication dans lequel circulent d'innombrables micro-informations, autres que des signaux alimentaires. De ces informations dépend la dynamique de chaque espèce et par conséquent celle de l'entité " aquarium" que nous venons de considérer comme une entité vivante. Quand cette dernière est pleinement épanouie nous la contemplons, heureux et fière de notre bac

En conclusion, il est intéressant de retenir que l'équilibre d'un aquarium, à fortiori celui fort complexe d'un récifal, ne dépend pas uniquement des facteurs "grossiers", ceux dont nous pouvons évaluer les états à l'oeil ( les bio-indicateurs comme les poissons, les coraux et les algues ) et ceux que nous mesurons à l'aide de tests chimiques ( les paramètres ) mais aussi d'invisibles ou peu visibles organismes utiles. Non seulement ces derniers sont indipensables,  en terme de présence, au fonctionnement de l'écosystème, mais ils émettent aussi des signaux quant à leur état d'épanouissement ; des signaux qui influencent et déterminent cette encore mystérieuse entité écologique qu'est le climax.

Donc, en plus d'employer les grands moyens chimiques et techniques pour "soigner" nos aquariums, nous devons faire preuve aussi de "psychologie" et essayer d'entendre les non-dits de nos aquariums ! Comment ? Personnellement, je n'en connais pas d'autres que d'écouter attentivement mes écosystèmes captifs en bon "père" naturaliste

Si vous avez des questions :  aqua-microfaune@laposte.net ( rien ne m'oblige bien sûr à y répondre ! )

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas !