Votre panier est vide  Votre compte

De la nourriture vivante pour récifal, la microfaune

La microfaune, la nourritute vivante du récifal par excellence

En proposant cet article je pars de l'idée qu'en qualité de récifalistes éclairés vous savez faire la distinction entre la microfaune et la macrofaune, donc qu'il n'est pas nécessaire de vous répéter à quel point le véritable zooplancton est important, pour ne pas dire vital, à l'équilibre d'un écosystème captif.  Pour ma part, j'ai si bien intégré ce principe éco-fondamental que j'ai autant consacré de temps devant mes aquariums que devant mes bacs de production de microfaune zooplanctonique. Je ne traiterai pas dans cet article du travail essentiel que fait la microfaune sur la longue chaîne des cycles bio-chimique de l'aquarium ; je vais me contenter de parler de sa position axiale dans la chaîne trophique ( alimentaire ) du récifal. Il ne sera pas question non plus de répéter une fois de plus que cette microfaune zooplanctonique est la rampe de lancement productive de la population de macrofaune

Pour de nombreux récifalistes, dont moi-même, l'ajout de zooplancton vivant, quand ils en trouvent, du vrai j'entends, vise le nourrisage des invertébrés sessiles, des coraux, éponges, ascidies et bivalves... Les éventuelles aiptasias profitent aussi de cette manne ; ben oui, comment les en empêcher ? La macrofaune aussi profite nutritivement du zooplancton, entre autres composants du plancton. Ce dernier est le véhicule indispensable du zooplancton. Le zooplancton n'est isolé du phytoplancton et des bactéries que pour son usage dans le domaine de la recherche scientifique. Par contre, il n'est pas très compliqué d'isoler une centaine de copépodes, de les jeter dans une eau propre et de les enfermer dans un flacon ou une pochette avant de coller une étiquette "nourriture vivante pour récifal " ! De la nourriture vivante, certes, cela en est ; mais de la microfaune, au regard d'un aquariophile averti, cela n'en est pas. Je dis ça je dis rien... Et les poissons dans tout ça ? 

On oublie souvent que les poissons planctonophages, et pas seulement les synchiropus, ont impérativement besoin de zooplancton pour s'épanouir pleinement. Voir par exemple des Pterapogons kauderni chasser la microfaune sous un éclairage lunaire est un régal pour le naturaliste aquatique que je suis. Et que dire des bancs de demoiselles et de Nemateleotris ou des couples d'amphiprions donnant frénétiquement, toute le journée, des coups de têtes dans le courant du brassage pour se régaler des micro-organismes qui dérivent ! Quant aux labridés, c'est sous la surface ou sur le substrat qu'ils capturent cette précieuse microfaune. Bien que ces poissons planctonophages acceptent facilement des nourritures "géantes" ( morceaux de poissons, de moules, de crevettes, granulés, etc. ) on imagine mal comment l'absence d'une microfaune dense, riche et variée ne leur est pas quelque part préjudiciable

Le zooplancton et de manière plus général le plancton est indispensable à l'écosystème récifal que nous devrions tous vouloir reconstituer dans nos aquariums. Si malheureusement nous devons admettre que la microfaune zooplanctonique ne peut pas subsister en masse dans nos récifs captifs nous pouvons néanmoins considérer son ajout régulier comme un impératif de la supplémentation en récifal. L'aquariophile d'eau de mer est prêt à supplémenter son bac en tout et n'importe quoi mais il oublie ce qu'il devrait considérer comme un ajout incontournable, la microfaune comme nourriture vivante ! En visant les poissons planctonophages comme premier bénéficiaire de cette nourriture vivante zooplanctonique c'est l'ensemble de la faune du bac qu'il est sûr de contenter sur le plan nutritif. Par expérience, je peux affirmer qu'un aquarium auquel on ajoute régulièrement du plancton d'élevage révèle des beautés naturelles, et ceux à tous ces niveaux trophiques, qu'aucun système artificiel, aussi higt tech soit-il, ne peut égaler ! 

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas