Votre panier est vide  Votre compte

L'emploi du sable siliceux ( quartz ) en aquarium d'eau de mer

Quel sable employer pour créer un récifal méthode DSB ?

 

   Cet article à vocation finalement économique vise à informer principalement les aquariophiles marins décidant de créer une récifal avec lit de sable épais ( DSB ) ; il est bien évident que le récifaliste choisissant d'agrémenter esthétiquement un bac berlinois d'un fond de quelques petits centimètres du substrat ne sera pas retenu par le coût et pourra choisir plus facilement un des plus beaux sables coralliens. En revanche l'emploi de quartz peut alléger considérablement le budget sable d'un DSB

Le sable siliceux ou sable de silice est connu en aquariophilie d'eau douce sous le nom de quartz. C'est aussi ce type de sable qui constitue une grande partie des plages de la façade Atlantique française. Ce dernier est interdit de prélèvement ( article L.321-8 du Code de l'environnement ). 

Tous les lits de sable épais constituant mes aquariums marin et mes bacs d'élevage sont en partie constitués de sable siliceux ! L'autre partie, celle constituant les couches profondes plus fines ( 0/2 ), est du simple sable à enduire de chantier sans additif. La grande majorité du sable siliceux en question provient de ma toute première fishroom d'eau douce. Disposé en tant que couche supérieure ( sur 3 ou 4 cms environ ) d'un lit de sable épais, je considère que le sable siliceux ( en granulométrie 2-4 mm ) constitue une niche écologique parfaite pour la microfaune et la macrofaune

J'aurais pu me contenter de dire : En trente ans d'aquariophilie d'eau de mer je n'ai jamais eu de problème avec l'emploi de sable siliceux. Mais j'ai voulu savoir pourquoi je n'ai jamais été confronté aux soucis que l'on promet sur les forums aux récifalistes qui émettent l'idée d'utiliser ce matériau dans leurs aquariums marins

Commençons par poser deux avis spécialisés sur des caractéristiques du sable siliceux :

La silice est difficilement soluble. C'est l'acide fluorhydrique HF, un acide extrêmement violent. qui peut dissoudre la silice et former alors de l'acide fluosilicique de formule H2SiF6. L'eau a une extrêmement faible influence sur le quartz mais sous haute pression et haute température l'eau peut dissoudre partiellement la silice et donner l'acide monosilicique Si(OH)4. Jacques Deferne, Conservateur honoraire du Muséum de Genève

Le quartz n'a pas d’effets écologiques néfastes connus ou persistants ; il est réputée non bioaccumulable  ( NDR :  ce qui signifie qu'il n'a pas les capacités d'absorber les substances chimiques présentes dans son environnement ). Extrait d'une fiche de Données de Sécurité (en conformité avec la réglementation REACh EC 1907/2006) Carriere SIBELCO 

À présent, nous pouvons commenter les affirmations principales avancées par les dépréciateurs du sable siliceux :

- Le sable siliceux dégagerait des sillicates ( NDR : silice SiO2 et oxydes métalliques ) favorisant la prolifération de diatomées. 

L'eau de mer à beau être effectivement corrosive, elle est très très très loin d'avoir le pouvoir corrosif de l'acide violent nécessaire à la dissolution de la silice ! Quant à sa dissolution partielle à l'eau très chaude projetée sous pression, il est fort improbable qu'un aquariophile sain d'esprit entretienne le lit de sable de son bac à l'aide d'un puissant nettoyeur haute pression industriel alimenté à l'eau bouillante. Il faudra continuer de chercher d'autres explications à la prolifération de diatomées dans un récifal ! D'autant plus qu'elles peuvent se développer tout autant sur un sable de corail

- Le sable de silice aurait le pouvoir d'accumuler chimiquement des produits toxiques et de les rejeter dans l'aquarium. 

La non-bioaccumulation caractérise chimiquement le sable siliceux. Il s'agit même d'une qualité fondamentale qui justifie l'usage de ce sable en de nombreux domaines. Faut-il ajouter quelque chose ? Peut-être oui :  Le "truc" qui a un très fort pouvoir de bioaccumulation c'est le charbon actif !

- Le sable siliceux contiendrait des oxydes de fer qui favoriseraient le développement des cyanobactéries ?

Le professeur Jaubert a effectivement supposé un rapport entre le developpement de cyanobactéries et la présence de fer dans le sable ; seulement, il ne parlait pas d'oxyde de fer composant intrinsèquement un grain de sable siliceux mais de fragments de fer, pour ne pas dire carrément de minuscules morceaux de ferraille rouillée, mélangés à certains sables mal préparés proposés dans le commerce aquariophile. Il faut se renseigner ( http://www.lamethodejaubert.com/ ) avant de colporter de fausses informations ! 

Le fer contenu en tant qu'élément-trace ( il y a même de l'aluminium ! ) dans certains sable siliceux ne peut se libérer des grains durs de silice sans que ces derniers soient dissous par un procédé chimique spécifique ( voir plus haut : acide fluorhydrique HF ). Le fer pouvant entourer les grains de sable est simplement éliminé par lavage ; c'est ainsi que procèdent les carrières de sable siliceux qui fournissent les verreries. 

Petite astuce pour choisir son sable siliceux pauvre en fer : Plus un sable siliceux contient d'oxyde de fer plus sa couleur tire vers le jaune-ocre ( le sable ferrugineux est presque marron ). Le sable siliceux que l'on peut employer dans nos aquariums sera en général de couleur blanc laiteux, au pire légèrement jaune très clair. 

- Le quartz n'apporte rien à l'aquarium au niveau calcium et magnésium  

C'est vrai... Et pourtant il en contient ! Les grains de sable siliceux ne peuvent pas libérer le calcium et le magnésium qu'ils contiennent intrinsèquement... pour la même raison que pour le fer. Soit la silice est soluble dans l'eau d'un aquarium d'eau de mer soit elle ne l'est pas. Sans même en être conscients ceux qui posent comme un inconvénient la neutralité du quartz contredisent l'affirmation précédente ( sur le fer ). 

- Le quartz a des arrêtes coupantes qui peuvent blesser les animaux fouisseurs

Je plains sincérement la faune benthique qui peuplent les eaux douces de la Loire et nos côtes maritimes ! Il ne faut pas confondre le quartz concassé pour décor de jardin et le quartz roulé destiné aux aquariums

En conclusion :

Depuis l'époque déjà lointaine des aquariums à cornières en métal il est tout de même rare qu'un matériau naturel couramment utilisé en aquariophile marine soit la cause d'une grave altération des paramètres aqueux d'un récifal. D'ailleurs, quand c'est le cas, il faut plutôt chercher du côté du matériel usé libérant insidieusement dans l'aquarium des substances nocives ( du cuivre par exemple ). La très grande majorité des disfontionnements que certains récifalistes attribuent hâtivement ( et parfois par mauvaise foi ! ) à l'usage de matériaux de substrat, comme en l'occurence le sable siliceux, sont en vérité dus à un déséquilibre écosystémique ; la surpopulation piscicole et le manque de microfaune ( traitement des déchets ) sont de loin les causes premières de crashs.

Nous l'avons vu, pas plus que l'eau douce, l'eau de mer n'a le pouvoir de dissoudre des grains de sable siliceux. Mais attention, si le sable siliceux est parfaitement utilisable en aquariophilie marine il en va tout autrement de la poussière de silice (  silice cristalline ), qui elle est soluble dans l'eau ( sillicate ) et de plus volatile et dangereuse pour la santé humaine ! Le quartz vendu pour un usage aquariophile ne doit plus contenir ou presque de poussière de silice ; dans la cas contraire la mention obligatoire " Silice libre supérieure à 5% - ne pas respirer les poussières - utilisation réglementée" doit vous dissuader d'utiliser ce sable en aquarium. Dans tous les cas, il est préférable de laver soigneusement le sable siliceux afin d'éliminer les poussières qui l'accompagnent toujours plus ou moins. 

 

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas !