Votre panier est vide  Votre compte

Transformer un bac d'eau douce en récifal, en 10 étapes

Les articles de ce blog visent à compléter la page d'accueil Aqua-microfaunequ'il est judicieux de lire avant !

Le contenu de cet article est destiné aux aquariophiles désirant transformer facilement leur bac d'eau douce en un petit aquarium d'eau de mer récifal simple et sans prétentions autres que de maintenir des espèces piscicoles et coralliennes réputées robustes.   

Combien de fois, dans les animaleries, ai-je pu entendre des aquariophiles d'eau douce arrivant devant la batterie d'aquariums eau de mer dirent à leurs conjoints ou leurs enfants qui s'extasient devant Nemo Amphiprion sp ) : " Ben non on peut pas avoir cela, ça vit en eau de mer c'est trop compliqué ". Mais qu'est-ce qui est plus compliqué demande naïvement le conjoint ? Et là, bien souvent, à défaut de pouvoir vraiment répondre, l'aquariophile d'eau douce fige en silence son regard sur les poissons d'eau de mer qui le font tant rêver.

Bien sûr, cet aquariophile y a déjà pensé à transformer son aquarium d'eau douce en aquarium d'eau de mer. Puis, il est allé sur les forums spécialisés... Et son rêve s'est perdu dans les méandres des posts de récifalistes pour qui un aquarium marin est forcément un récifal peuplé des coraux durs et des poissons coralliens les plus délicats. Lui, ce qu'il veut c'est utiliser le modeste bac d'eau douce ( disons < 150 litres ), qu'il possède pour le remplir d'eau salée et y mettre quelques coraux mous, un couple de poissons clowns et pourquoi pas deux ou trois autres petits poissons. Ce n'est pas possible de faire cela ? C'est si compliqué ?

Et bien non ce n'est pas compliqué ! D'abord, il n'existe pas en vérité d'aquarium spécial eau de mer ! C'est uniquemement le matériel qui accompagne la cuve de verre ( écumeur, bac à décantation, rampe d'éclairage ) qui donne légitimité à cette qualification. Ensuite, l'écumeur et le bac à décantation ne sont aucunement indispensables dans le cas d'un projet simple comme nous l'imaginons. Quant à la rampe d'éclairage, à moins que vous teniez absolument à ce que votre aquarium soit ouvert, il suffira de changer ses tubes d'eau douce par des tubes pour eau de mer ( kelvins plus élevés ). Si vous aviez un aquarium d'eau douce sainement planté, il y a de fortes chances que le nombre de watts par litres convienne aussi aux coraux mous.  Le seul matériel que l'on ne possède généralement pas en aquariophilie d'eau douce est la pompe de brassage. Une petite pompe de brassage dont le flux de sortie est orienté vers la surface est le tour est joué. Il suffira de varier manuellement de temps en temps son orientation latérale pour varier les courants. Le chauffage ? Si votre chauffage était capable de chauffer de l'eau douce jusqu'à 25 dégrés C il le fera de même avec de l'eau salée

Ah oui, l'eau de mer, cela se fait comment ? C'est compliqué ça, non ? Et bien, pour un petit volume, on prend simplement de l'eau de source en bouteille ( pas de l'eau minérale ! ) sans phosphates ni nitrates, on y ajoute du sel synthétique vendu spécialement, on mélange, on mesure la densité avec un simple densimètre à aiguille ou flottant et on l'ajuste entre 1022 et 1026. Le truc est de veiller à ce que la densité choisie reste ensuite constante dans l'aquarium en comblant régulièrement l'évaporation avec de l'eau douce ( car le sel ne s'évapore pas ! ). Dans un aquarium fermé l'évaporation est moindre

Pour l'instant ça va ? Bon, nous arrivons à la grande affaire des changements d'eau, qui font souvent figure d'épouvantail aux yeux de beaucoup de récifalistes. Pourtant, rien ne vaut des changements d'eau réguliers pour réussir la maintenance d'un récifal. 10 % du volume d'eau de l'aquarium remplacés chaque semaine par de l'eau neuve préparée préalablement suffisent ; et cela ne prend qu'une trentaine de minutes environ. Il existe maintenant des sels synthétiques qui permement l'utilisation immédiate de l'eau de mer fabriquée

Les étapes de la création de ce récifal "simple". 

1, Emplissez l'aquarium d'un tiers avec l'eau salée préparée ( densité et température )

2, Disposez une épaisseur de 6 cm environ de sable de granulométrie 0/2 ( du sable à enduire de chantier, sans additifs et bien lavé, fait parfaitement l'affaire ). Ce sable fin étant relativement compact, il est impératif que l'eau pénètre bien entre chaque grain, d'où le remplissage préalable de l'étape 1. Rajoutez deux centimètres de sable plus grossier, par exemple du sable de corail ou du sable coquillier; ses interstices constitueront la niche écologique privilégiée de la microfaune-macrofaune indispensable.

3, Déposez sur le sable votre décor rocheux. Ne vous ruinez pas dans les pierres vivantes ; 1 ou 2 kg de pierres vivantes de bonne qualité suffiront à apporter les bactéries et les premières espèces de macrofaune utiles ; le reste sera constitué de pierres mortes ( roches coralliennes naturelles ou roches synthétiques adaptées ).  

4, Complétez l'aquarium avec l'eau de mer préparée ( densité et température ). Branchez votre filtre mécanique ( perlon ), votre chauffage et votre pompe de brassage. L'eau va être trouble pendant environ 24 heures. Rappel : la direction du flux de brassage vers la surface a deux raisons : Favoriser les échanges gaseux ( oxygène - co2 ) et éviter de déranger le sable. Pour comprendre pourquoi je vous invite à chercher et lire des articles de Jean Jaubert ou de Ron Schimek traitant des lits de sable épais ( Deep Sans Bed, DSB )

5, Au bout de trois jours changez votre perlon afin d'éliminer éventuellement les débris d'algues ou d'éponges mortes ( pierres vivantes ) et la poussière de sable emprisonnés.  

6, Ensemencez votre aquarium avec de la microfaune. Ce blog traitant thématiquement de l'importance capitale de la microfaune vous apportera les informations nécessaires. 

Commence maintenant la phase de maturation qui devra durer au minimum un mois. Ce n'est pas long croyez-moi si vous avez un minimum d'intérêt pour la nature et sa dynamique évolutive ; il se passe plein de choses dans le bac pendant ce temps, surtout la nuit quand les "petites-bêtes" sortent de leurs cachettes ! Des algues de toutes sortes vont se développer ; ne paniquez pas, la plupart vont disparaître naturellement à la prochaine étape. Ne faites pas de changement d'eau pendant cette période. Rappel : Le perlon est un matériau très bon marché, n'hésitez pas à le changer aussi souvent que vous le pouvez ! Ne clochez pas votre sable car ce sont justement les sédiments s'y déposant qui vont nourrir la faune qui l'habite. Les trois premiers mois d'un récifal ne sont pas des plus esthétiques ; mais votre patience sera ensuite largement récompensée sur ce point !  

7, L'ensemencement initiale en microfaune zoopanctonique aura probablement donné naissance à quelques escargots marins. Encore trop petits pour accomplir la tâche que l'on attend d'eux, à savoir brouter les algues et "nettoyer" le sable, vous devez aquérir quelques gastéropodes adultes. Les fiches "détritivores" ne manquent pas sur le net et vous n'aurez aucun mal à faire les bons choix.  

8, Un autre mois aura rapidement passé. Il est temps d'introduire les premiers coraux. Là aussi il est facile de choisir sur le net les coraux mous les plus robustes ( Sarcophytons, discosomas et apparentés, zoanthus, sinularia, capnella, etc. ). Parmi ces coraux l'un d'entre-eux servira d'anémone de substitution à votre couple de poisson clowns. L'introduction de ces coraux va contribuer, par concurrence alimentaire, à encore réduire la population d'algues indésirables. Vous pouvez aussi favoriser ce processus en en arrachant manuellement certaines, comme les filamenteuses

9, Nous entamons le troisième mois et vous pouvez à présent acquérir vos premiers poissons, en l'occurence le couple d'amphiprions sp. que vos enfants attendent avec impatience. Vous n'ajouterez d'autres poissons ( par unité ou couple ) que le mois suivant et ainsi de suite. De toutes façons, nous traitons là de la maintenance d'un petit aquarium et la limite de population piscicole sera vite atteinte. De grâce, ne succombez pas à la tentation de la surpopulation ; c'est le meilleur moyen de provoquer un déséquilibre écologique et de gâcher tout ce que vous avez bien fait auparavant ! Dans un petit récifal le peu de poissons peut avantageusement être compensé par de magnifiques crevettes tropicales

10, Il est temps de procéder au premier changement d'eau. La suite n'est qu'une alternance d'instants contemplatifs et de tâches d'entretien... Ces dernières doivent normalement participer de votre passion ; quand l'entretien basique d'un récifal devient un labeur pour l'aquariophile le crash n'est pas loin !  Personnellement, je considére l'entretien d'un récifal comme celui d'un jardin zen aux inspirations sauvages.

Vous constaterez que certains coraux ne se plaisent pas, que d'autres poussent si vite qu'il est nécessaire de les bouturer souvent. Comme en eau douce il y des plantes aquatiques que l'on ne parvient pas à tenir, sans bien toujours savoir pourquoi, il y en eau de mer des coraux qui font des caprices... Alors on se passe de ces espèces c'est tout. Il sera bien temps, si plus tard vous voulez maintenir des coraux durs délicats de vous lancer des défis de chercheurs en biologique marine et par désespoir, de vous arracher les cheveux devant une colonie d'acroporas précieux qui osent remettre en question votre qualité de récifaliste accompli en blanchissant ou nécrosant à vue d'oeil !  

PS : Ce n'est pour rien que j'ai décidé de consacrer un site dédié entièrement à la microfaune en récifal. Mon expérience m'a démontré que de sa présence en quantité et en qualité ( espèces variées ) dépend la réussite durable d'une aquarium d'eau de mer récifal. Si je devais imaginer schématiquement un aquarium comme un immeuble, je placerai inconstestablement la microfaune, ou plus précisément le plancton vivant ( zooplancton, phytoplancton, bactéries ) en constituant des fondations ! 

Si vous avez des questions :  aqua-microfaune@laposte.net ( rien ne m'oblige bien sûr à y répondre ! )

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas !