Votre panier est vide  Votre compte

Bactéries pour aquarium ; au-delà des Nitrobacter et Nitrosomonas

Les bactéries en aquariums, en savoir un peu plus...

  Si les bactéries appartenaient au règne animal je les aurais volontiers incluses dans les "bestioles" composant la population de microfaune "normale" que devrait héberger tous les aquariums d'eau douce ou d'eau de mer. En effet, si l'on se tenait à leur rôle écologique dans un aquarium, on pourrait considérer les bactéries comme de la micro-micro microfaune jouant un rôle terminal dans la chaîne de dégradation des matières organiques ! Sans les bactéries aucun aquarium ne peut boucler naturellement le cycle de l'azote ( pour ne citer que le plus connu des cycles bio-géo-chimiques ). Il est rare que le débutant en aquariophilie ne soit pas informé de la nécessité d'ajouter des bactéries dans un aquarium au démarrage. En revanche sont déjà plus rares les aquariophiles qui comprennent précisément le rôle joué par les bactéries dans l'écosystème de l'aquarium.

  Á le question "Á quoi servent les bactéries dans un aquarium ? " il sera généralement répondu : " Á transformer l'ammoniac en nitrites et les nitrites en nitrates". . En fait il ne s'agit là que du "travail" de deux genres "d'ouvrières" écologiques, les genres Nitrobacter et Nitrosomonas. D'ailleurs, le commerce industriel aquariophile a compris depuis longtemps que proposer exclusivement ces deux genres de bactéries, sous formes de flacons et ampoules ( voir ce que j'en pense ), suffisait à contenter la très grande majorité des aquariophiles. Cela tombe bien d'ailleurs car les autres bactéries utiles en aquariums ne peuvent être conditionnées sans leur niche écologique naturelle. Qui donc a entendu parler par exemple, pour ne citer que les plus connues, des bactéries du genre subtilis ou proteus ? Pourtant ces dernières sont indispensables à la décomposition des protéines en aquarium d'eau douce ou d'eau de mer !

  Ces bactéries sont les premières à coloniser un cadavre d'animal dans un aquarium, que ce dernier soit une végétal, un poisson ou une minuscule "bêbête" de la microfaune. Elles produisent des enzymes particulières qui vont fractionner les protéines et en libérer notamment les acides aminés qui les composent structurellement. Sans ces bactéries, l'écumeur, pour ceux qui en possèdent un en récifal, ne peut fonctionner de manière optimal, ses bulles ne pouvant pas emprisonner et retenir les grosses particules protéiniques brutes. Alors, les récifalistes essaient de compenser ce défaut de population bactérienne dans leurs bacs aseptisés en achetant des écumeurs toujours plus puissants et surdimensionnés. En aquariophilie d'eau douce ce sont les résines anti ceci-cela qui sont censées compenser cette déficience bactérienne.  

  Et ce n'est pas fini : Les acides aminés résultant du travail des bactéries décomposeurs de matières protéiques sont eux mêmes scindés en une vingtaine de genres qui vont nécessiter l'intervention de nouvelles bactéries spécialisées. J'aimerais que cet article soit aussi lu par le débutant aquariophile et je ne vais pas m'étendre sur la description de ces espèces ; d'ailleurs la Science est loin, très très loin, de les avoir toutes identifiées. Ce qu'il faut retenir, c'est que nos malheureuses Nitrobacter et Nitrosomonas, aussi précieuses soient-elles, ne peuvent pas effectuer un travail pour lequel elles ne sont pas biologiquement outillées !

  Alors oui, je vais terminer cet article par de la pub pour un produit que je commercialise sur la boutique Aquamicrofaune ; après tout, les industriels ne se gènent pas pour faire une promotion massive de leurs flacons et ampoules dits "de bactéries", pourquoi devrais-je faire des complexes de vanter la valeur biologique d'un produit "artisanal" qui contribue à l'amélioration de la maintenance aquariophile ? Cliquer sur l'image pour accéder à la fiche-produit : 

101 0507