Votre panier est vide  Votre compte

Le zooplancton vivant dans l'aquarium récifal, c'est possible !

  • Par lbno
  • Le 15/04/2017

Un récifal avec du zooplancton en permanence, oui c'est possible ! 

Un aquarium récifal hébergeant du zooplancton vivant

On a longtemps affirmé que le zooplancton ne pouvait survivre dans un aquarium d'eau de mer. Cette affirmation date des années 1970 à une époque où le zooplancton n'était appréhendé qu'à travers le plancton pélagique, c'est-à-dire flottant en plein milieu des océans, bien loin des récifs. Il est effectivement rare que nos aquariums domestiques tendent à représenter un biotope de haute-mer ! De plus le zooplancton pélagique en question est surtout densément présent dans les mers froides, particulièrement dans l'océan arctique et sous les glaces de l'Antarctique. On comprend mieux encore l'impossibilité de conserver vivant ce zooplancton dans nos bacs tropicaux

Le zooplancton pélagique est en très grande majorité constitué d'organismes que l'on dit permanents, en opposition au zooplancton temporaire composé principalement de larves de macrofaune benthique. Par définition ces dernières ont pour objectif de s'implanter dès que possible sur ou dans les rochesle substrat et les vitres couvertes d'algues, afin de vivre leurs vies d'adultes. De nombreuses espèces parmi celles qui peuplent nos aquariums et nos refuges, crustacés ( les "podes" et crevettes ), vers sessiles et errants, échinodermes, gastéropodes, etc.) , passent par une phase planctonique. Un très infime pourcentage d'entre-eux parvient, par miracle, à survivre à cette phase microscopique ; ils sont généralement consommés par les planctonophages, meurent par défaut de nourriture ( matière nutritive presque dissoute ) ou sont éliminés par l'écumeur et, dans une moindre mesure, par la filtration mécanique

On peut estimer, c'est en tout cas le cas dans mes bacs, qu'il faut environ une semaine pour appauvrir très significativement une population de zooplancton massivement introduite. Certes certains récifalistes considéreront positivement le nombre de cette microfaune qui aura eu le temps de devenir macrofaune. Il suffit bien souvent de quelques centaines de "podes" dans son bac pour qu'un aquariophile estime son bac bien peuplé... Et ne parlons pas de la diversité spécifique qui est bien souvent d'une pauvreté affligeante. Or, il est tout à fait possible et de toute façon bénéfique, qu'un récifal héberge en permanence une densité zooplanctonique acceptable. Entre l'énorme biomasse zooplanctonique que peut avaler en une seule aspiration une raie manta survolant le récif et le désert zooplanctonique de beaucoup d'aquariums d'eau de mer, il y a un juste milieu qu'il est plus facile d'atteindre que nous le croyons ! 

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas