Votre panier est vide  Votre compte

De la nourriture vivante permanente en aquariums

  • Par lbno
  • Le 05/08/2017

Comment avoir de la nourriture vivante en permanence dans son aquarium

101 0516   101 0492   101 0505   101 0498

   Quoi de plus captivant pour l'aquariophile un tant soit peu naturaliste de pouvoir observer ses poissons d'aquarium chasser des proies vivantes comme ils le feraient dans la nature. Je ne parle pas ici de distribution périodique de quelques copépodes aussi rapidement avalés que des paillettes ou des granulés mais d'une véritable population diversifiée de microfaune colonisant les substrats. 

   Jusqu'à il y a une quinzaine d'année héberger une population riche de microfaune dans son bac était une évidence en aquariophilie d'eau de mer récifaliste. Puis, avec la disparition en Europe des fermes d'élevage de microfaune, se procurer de véritable souches de micro-crustacés et de vers fouisseurs est devenu un véritable défi. Jusqu'à l'ouverture de la boutique d'Aquamicrofaune, Il n'y avait guère qu'aux Etats-Unis que l'achat de microfaune restait possible. Mais devant les contraintes du transport international ( frais de port, contrôles douaniers et durée d'acheminement ), les dernières fermes d'élevage de microfaune américaines n'acceptent plus d'expédier leurs précieuses marchandises vivantes hors de leurs frontières.

   Quant aux aquariophiles d'eau douce il aura fallu attendre la popularisation des méthodes de maintenance dites low tech ou naturelles pour que la microfaune soit considérée comme faisant partie intégrante de l'écosystème d'un aquarium. Aujourd'hui les aselles, les gammares, les vers aquatiques et autres "podes" d'eau douce sont de plus en plus souvent ajoutés à la population normale d'un aquarium ou d'un bassin.

La microfaune peut-elle survivre aux prédateurs dans un aquarium ? 

  Il reste encore en aquariophilie marine ou dulcicole à chasser cette idée reçue qui veut que la microfaune ne peut survivre durablement à la prédation des poissons et "gros" invertébrés. Cela n'est vrai que dans ces bacs dépourvus d'une épaisseur de sable convenable, de litière végétale, d'une plantation dense, notamment en plantes flottantes, et de cachettes constituées par les éléments du décor ( pierres et/ou bois ). Il est bien évident que la microfaune doit au moins disposer de sa niche écologique naturelle pour vivre en relative sécurité et se reproduire plus rapidement qu'elle n'est consommée.

  Cela dit, il faut reconnaître que nos aquariums sont trop souvent surpeuplés en prédateurs et la microfaune finit dans ce cas par s'épuiser. Mais entre des copépodes ou des rotifères qui ne survivent que trois minutes maximum après la distribution du repas et une population variée en espèces qui parvient à tenir plusieurs semaines voir plusieurs mois dans un aquarium dont l'équilibre prédateurs/proies est respecté, il y a tout de même une énorme différence. Les questions que se posent nombre d'aquariophiles sur comment nourrir leurs poissons pendant une absence prolongée témoignent de la stérilité biologique de leurs bacs. Dans un aquarium riche en microfaune cette question ne se pose même pas !