Votre panier est vide  Votre compte

Supplémentation, additifs et microfaune en récifal

Les poudres de Perlinpimpins, addfitifs et supplémentation en aquarium récifal

Ajouts de calcium, de magnésium, de Potassium, de Strontium, d'Iode, d'Oligo-éléments, de KH +, de Lugol, d'Acides aminés, de résines et produits anticeci-anticela, de boosterceci et boostercela... et j'en passe. Des aquariums sous perfusion ! Et quel budget ! En reste-il au moins pour la microfaune ? De toute façon la microfaune ne fait pas partie des ajouts que l'aquariophile prévoit dans son budget "higt tech". Pourtant, ce serait bien la seule, si on l'insérait à notre belle liste d'additifs, qui serait indispensable au bon fonctionnement d'un aquarium récifal ! 

Tous ces ingrédients surajoutés devraient être naturellement présents et en quantité suffisante dans un récifal entretenu par des changements d'eau réguliers, qui plus est si cette eau de mer est fabriquée avec un sel de qualité. Si ces renouvellements d'eau ne suffisent pas à maintenir l'équilibre bio-chimique d'un aquarium récifal, c'est que l'écosystème de ce dernier n'est pas équilibré. De même que l'on ne peut pas élever 1000 vaches sur les 10 hectares de prairies d'une petite ferme bio, on ne peut pas élever non plus 100 coraux durs dans le volume réduit d'un aquarium de taille moyenne. Lorsque l'on ne respecte pas cette logique écologique on doit alors parler d'élevage intensif, et donc se contraindre effectivement à combler le défaut d'autosuffisance par des apports extérieurs et une mécanisation forcée.

Croyez-moi, il y bien longtemps que j'aurais cessé l'aquariophile d'eau de mer si je devais ajouter tous ces produits dans mes récifaux ! Non pas principalement pour une question de budget mais surtout pour une question de philosophie aquariophile. Certains pourraient me rétorquer que le besoin d'ajouter régulierement de la microfaune peut, selon la même logique écologique, être symptomatique d'un déséquilibre de l'écosystème. Seulement, à la différence des éléments listés en début d'article, dans lesquels baigne en permanence le récif, la macrofaune productrice de microfaune zooplanctonique occupe une niche écologique différente de celle de ses principaux prédateurs ( poissons et coraux notamment ).

C'est sur et dans le substrat profond que la majorité de cette microfaune, dite benthique, demeure et son "produit" ( ses oeufs et larves ) remonte, surtout la nuit, vers les couches supérieures du récif. Dans un aquarium, la macrofaune est, du fait de la proximité des niches écologiques d'un récif captif, pratiquement toujours exposée aux prédateurs, ce qui explique que sa population finit toujours par régresser. Il ne s'agit donc pas là d'un fait résultant d'un déséquilibre biotique ( du vivant ) de l'écosystème, comme c'est le cas de la supplémentation chimique,  mais plutôt de la conséquence d'une configuration abiotique ( agencement physique de l'aquarium )... Et sur ce point, à part disposer d'un aquarium aux dimensions incroyables, on ne peut pas y faire grand-chose !  

Si vous avez des questions :  aqua-microfaune@laposte.net 

Halte copyright ! Ne dites pas que vous ne le saviez pas !